RECENTRER SA VIE (4de4)

Chronique du quatrième trimestre 2021 (Octobre, novembre et décembre)

COMMENT MIEUX DÉFINIR LE PRINCIPE D’UN RE-CENTRAGE EXISTENTIEL?

Pour mieux définir ce qu’est la philosophie d’un Re-Centrage existentiel, il faut d’abord dire que c’est avant toutes choses une méthode visant à donner à un individu adulte une meilleure maîtrise de sa vie. C’est aussi un moyen pour aller chercher une existence plus harmonieuse tant avec soi-même qu’avec les autres.

Pour accéder à ce bien-être et éliminer ce mal-êtreque vit une personne, il faut qu’elle arrive à faire un bilan de sa vie ce qui lui permettra par la suite de faire des choix et d’adopter de nouvelles façons de vivre.

Pour arriver à cette étape finale de la démarche, il va donc falloir que cette personne, dans une toute première étape, détermine et analyse l’ensemble des moyens et des valeurs reçus au moment de son éducation. Ensuite, il lui faudra exprimer son point de vue positif ou négatif par rapport à ses acquis et finalement élaborer des plans capables de déterminer les changements éventuels à réaliser.

Cette évaluation et ce jugement des valeurs de vie, se fait en premier lieu par une réflexion intellectuelle personnelle et en second lieu par un travail pratique qui parfois peut nécessiter l’aide d’un conseiller.

En intervenant à ces deux niveaux, cela va permettre, à la personne en question, de décoder le pourquoi et le commentdes difficultés et des blocages qui rendent sa vie difficile.

Le but ultime d’un Re-Centrage existentiel est donc d’amener la personne à faire des choix volontaires face à un ensemble de valeurs et de principes de vie. A partir de là, il lui faudra éliminer ou garder, d’une part d’anciens schémas de comportement et d’autre part en intégrer des nouveaux.

En d’autres termes ce Re-Centrage va se réaliser quand cette personne va être capable de dire « Oui » pour ce qu’elle veutou dire « Non »  pour ce qu’elle ne veut pas.

Que peut-on espérer d’un Re-Centrage existentiel ?

Il faut bien se dire qu’il n’y a pas de méthode miracle dans le sens où tout se fait tout seul. Pour réussir, il faut agir et souvent faire des efforts.

Compte tenu de cette réflexion, ce que l’on peut espérer de la méthode du Re-Centrage  existentiel, c’est de trouver en elle, un véritable outil de travail.

Rien n’est plus important quand on fait une recherche sur soi-même que de posséder un cadre de référence permettant d’avancer avec rigueur et succès.

En termes généraux, le Re-Centrage existentiel a pour objectif ultime celui d’amener une personne à faire des choix à partir d’éléments mûrement réfléchis et à les accepter, sur le moment tout comme dans le temps. Ces choix doivent être faits dans les principaux domaines de la vie. Ils doivent permettre de motiver les actions à mener pour réaliser les changements nécessaires et accepter les obligations qui en découlent.

C’est à ce prix, celui de faire un Re-Centrage existentiel, que le bonheur de vivre peut être trouvé.

Extrait du livre « Re-centrer sa vie » Éditions pour tous 2006 – Brossard, Canada

Dr Gérard Charpentier Ph.D.

RECENTRER SA VIE (3de4)

Chronique du troisième trimestre 2021 (juillet, août, septembre)

Y A-T-IL UN BON ÂGE POUR S’ENGAGER DANS UN RECENTRAGE EXISTENTIEL ?

  • Période charnière 23-25 ans

En fait il est possible de s’engager dans un Re-Centrage existentiel à n’importe quel moment de sa vie. Il est cependant important de noter que cette démarche personnelle ne peut être réalisée efficacement qu’à l’âge adulte, c’est-à-dire à partir du moment où cette personne à accumulé un minimum de vécu. Si nous voulons être plus précis à ce sujet, il est bien vrai que dans la première période de la vie correspondant à celle de l’enfance, de l’adolescence et du jeune adulte, des ajustements peuvent se faire, mais ils ne peuvent généralement être réalisés qu’avec l’aide d’une personne ressource avertie et formée pour ce genre d’intervention.
Ceci dit, il y a néanmoins dans le temps d’une vie,  trois périodes charnières durant lesquelles un Re-Centrage existentiel peut avoir des effets plus importants. Le fait de s’engager dans un Re-Centrage existentiel dans les tranches d’âge correspondant à 23-25 ans, 36-43 ans et 60-62 ans permet sans aucun doute, de mieux comprendre et de mieux résoudre les tensions intérieures qui existent chez une personne. Examinons chacune de ces périodes qui sont dites charnières, car elles correspondent à des moments importants de la vie

Lire la suite « RECENTRER SA VIE (3de4) »

RECENTRER SA VIE (2de4)

Chronique du deuxième trimestre 2021 (2de4)

COMMENT SE FAIT UN RE-CENTRAGE EXISTENTIEL ? (avril, mai, juin)

D’une façon générale, un Re-Centrage existentieldoit se faire à partir de deux principes fondamentaux bien précis :

En fait, ces deux axes correspondent à deux options qui déterminent tout le comportement d’un individu. L’acceptation ou le refus de certains concepts, de certaines valeurs et de certaines situations va faire que l’individu en question aura une attitude intégrée ou révoltée, une vie agréable ou frustrante. Dans ma carrière j’ai souvent rencontré des personnes qui se plaignaient de leur vie professionnelle à un point tel qu’elles étaient arrêtées pour dépression ou suivant l’expression actuelle pour un « burnout ». C’est-à-dire que leurs énergies étaient totalement « brûlées » et qu’elles n’étaient plus capables d’assumer les tâches qui leur étaient demandées. Dans la majeure partie des cas ces personnes ne se demandaient pas si elles étaient à la bonne place en fonction de leur personnalité, mais rendaient les conditions de travail responsables de leur mal-être. Rares étaient les personnes qui assumaient personnellement le fait qu’elles devaient éventuellement faire un autre choix de carrière ou tout simplement changer d’entreprise et d’environnement professionnel.

Lire la suite « RECENTRER SA VIE (2de4) »

RECENTRER SA VIE (1de4)

Chronique du premier trimestre 2021 (janvier, février, mars)

QUE FAUT-IL ENTENDRE PAR RECENTRAGE EXISTENTIEL (RCE)

L’expression Recentrage Existentiel que j’utilise ici correspond à une méthode rapide et efficace que je pratique depuis des années. C’est un outil de travail indispensable que j’ai mis au point pour venir en aide aux personnes venant me consulter.

Cette méthode de Recentrage existentiel, s’inspire en droite ligne d’un des principes de la démarche psychanalytique. Elle permet d’articuler ses réflexions sur les mécanismes du « cause et effet ». Autrement dit, si cela ne va pas dans votre vie (effet), cela est le résultat de quelque chose (cause). Cette démarche a donc pour but d’amener la personne qui s’implique à aller chercher au plus profond d’elle-même les pulsions (causes) qui motivent son existence, c’est à dire de connaître sa propre réalité et à partir de là, faire des choix. Notons au passage pour compléter cette remarque, que ce n’est qu’à partir du moment où l’on a fait ses choix que l’on peut déterminer ses engagements et poser en final les gestes d’une action appropriée (effets). C’est un peu différent de certaines autres approches psychologiques où il y a un renforcement de certaines tendances du comportement tant individuel que collectif, sans se demander si ces tendances sont très bonnes, bonnes ou relativement bonnes ou encore à éliminer. Pour illustrer cela, je prendrais le cas de certaines églises américaines qui incitent leurs fidèles à prier pour leurs soldats envoyés combattre dans un autre pays que le leur, au nom de la liberté et de la démocratie, ce qui est tout à fait louable en soi, mais qui ne prient pas pour la paix dans le monde et ne débattent pas, non plus, du bien fondé de l’acte en lui-même qu’est la guerre et le fait de la mener au nom de principes choisis bien souvent unilatéralement.

Lire la suite « RECENTRER SA VIE (1de4) »

COVID-19, MARS,AVRIL,?,?,? 2020

Consignes sanitaires pour tous

  • Lavez-vous les mains souvent à l’eau tiède courante et au savon pendant au moins 20 secondes.
  • Utilisez un désinfectant à base d’alcool si vous n’avez pas accès à de l’eau et à du savon.
  • Observez les règles d’hygiène lorsque vous toussez ou éternuez :
    • Couvrez-vous la bouche et le nez avec votre bras afin de réduire la propagation des germes.
    • Si vous utilisez un mouchoir en papier, jetez-le dès que possible et lavez-vous les mains par la suite.
  • Si vous êtes malade, évitez le contact avec les personnes plus vulnérables, dont les personnes âgées, les personnes ayant un système immunitaire affaibli et les personnes ayant une maladie chronique. Par exemple, évitez de rendre visite aux personnes hospitalisées, aux personnes hébergées dans les centres d’hébergement de soins de longue durée ou dans les résidences privées.
  • Évitez le contact direct pour les salutations, comme les poignées de main, et privilégier l’usage de pratiques alternatives.

Chaque personne a un rôle à jouer afin de diminuer les risques de propagation des virus.

Les masques ne constituent pas un outil de protection efficace pour la population générale. Leur utilisation est plutôt indiquée pour les patients chez qui une infection est suspectée ainsi que pour les professionnels de la santé qui les soignent.

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/consignes-directives-contexte-covid-19/

ATTENTION : VOTRE DOS VOUS PARLE

S’il y a un domaine de la santé qui touche tout le monde, c’est bien celui du dos et de la colonne vertébrale. C’est le siège de notre influx nerveux, mais aussi de notre sensibilité dont les dimensions subjectives sont très difficilement contrôlables.

L’expression bien connue « cherchez pas Docteur, c’est la tête » pour dire que le mental a une influence sur notre état de santé, traduit avec humour cette réalité que de nos jours, on nomme « maladies » ou « troubles d’ordre psychosomatiques ». Le dos est l’organe qui est le plus sujet à ce genre de « maladies ».

Précisons cependant que c’est la perturbation, par des causes multiples, de cette relation entre le physique et le psychique qui favorise ou bien intensifie les effets d’un phénomène pathologique. Il n’est donc pas possible de dire que ce sont les émotions qui sont la cause systématique d’une maladie.

Médicalement, on parle de « dorsalgies » quand on fait allusion aux maux de dos, qui se définissent sur le plan organique comme un état douloureux de la colonne vertébrale et des régions qui l’avoisinent. Si l’on veut analyser cet état sous un angle psychosomatique, on constate alors qu’il se retrouve principalement chez des personnes qui ont peur des responsabilités et qui ont le sentiment de ne pas avoir de soutient face aux difficultés qu’elles rencontrent. Elles se sentent accablées par le poids des événements. Elles restent bien souvent attachées aux idées négatives du passé et il est très fréquent qu’elles vivent un sentiment de culpabilité par rapport à ce passé négatif, mais en même temps, elles sont incapables de le dépasser et en ont peur.

Suivant les localisations de ces douleurs, il est possible de compléter les liens qui peuvent exister avec les émotions que vit le sujet.

-Bas du dos : Les personnes qui en souffrent ont le sentiment qu’elles n’ont aucun soutient de la part de leur entourage face aux épreuves financières qu’elles doivent assumer. Elles ont peur et cela les bloque dans cette région du dos.

-Haut du dos. Ces personnes ont généralement le sentiment d’être incomprises au niveau de leurs émotions et de ne pas avoir assez d’amour et de soutient affectif de la part des personnes qui leurs sont proches.

Alors, si vous souffrez de maux de dos chroniques et qu’aucune détérioration organique majeure n’est observée dans cette région du corps, ne vous affolez pas et cherchez au niveau de votre vécu émotif.

Sur ce, je vous dis au mois prochain en vous espérant heureux et en santé.

LE SOMMEIL ET LES RÊVES

Janvier 2020

Nous dormons en moyenne quatre mois sur douze et c’est pendant cette période de notre existence que les rêves se manifestent.

Les 4 états du sommeil
Il est connu que notre sommeil passe par quatre états différents; le premier correspond essentiellement à l’acte de s’endormir, le second a qui l’on donne bien souvent l’appellation de « phase Thêta » correspond à un état de somnolence alors que le troisième dit « phase Delta » correspond quant à lui à un sommeil profond avec une phase encore plus profonde durant laquelle le sujet est complètement inconscient (quatrième état).

Le sommeil paradoxale
À côté de la vie éveillée et du sommeil, il existe un état particulier qui est appelé « sommeil paradoxale » où le sujet n’est pas véritablement ni dans un état de veille ni dans un état de sommeil. Cet état est caractérisé par un mouvement oculaire rapide (R.E.M.). Malgré l’état de sommeil profond, le sujet reste cependant conscient ce qui fait qu’il se souvient des activités de son cerveau c’est à dire des rêves.

On peut dans une certaine mesure dire que les rêves appartiennent à une vie parallèle, qui est la vie nocturne différente de la vie diurne.

L’interprétation des rêves
Les rêves utilisent un langage symbolique inné ou acquis qui passe au travers de projections personnelles.
En dehors de ces éléments principaux, l’interprétation des rêves doit tenir compte de bien d’autres facteurs et c’est le rôle du thérapeute de les considérer pour fournir une bonne analyse du phénomène.

LES TROIS « ÉTAPES CLÉ » DE LA VIE

Chronique, Janvier, février, mars, avril, mai 2019

Dans l’ancien temps, on avait noté que la vie se déroulait suivant des phases directement reliées à l’âge du sujet. A notre époque, les études tout comme les observations réalisées à propos du comportement humain et de son développement psychologique ont mis en évidence un certain nombre de constantes. Ainsi il a été mis en évidence que tout au long de la vie, un individu homme ou femme passe par des étapes que l’on peut dire charnières dans son évolution. Elles sont au nombre de trois.

23-25 ans. On peut dire que c’est à cet âge que l’on termine la première partie de sa vie et que celle des véritables engagements dans le monde des adultes commence. En effet, jusqu’aux environs de 22-23 ans, le jeune adulte termine de recevoir son éducation. Il a vécu un certain nombre d’expériences en tous genres. Il découvre son autonomie et cherche à imposer de façon rationnelle et constante sa volonté. C’est dans cette période de la vie que la majorité des individus vont se stabiliser socialement tant sur le plan professionnel que familial. C’est le temps de la vie en couple, des mariages et des premiers enfants.

36-43 ans. C’est un moment qui se situe à peu près au milieu de la vie et qui depuis toujours a fait l’objet de nombreuses observations sous le thème de la « crise de la quarantaine ». En fait dans cette période de la vie, le sujet se trouve confronté à une sorte de malaise général par rapport à son existence. Il voudrait tout changer sans rien bouger ou casser et s’il le fait, il ne s’en sentira pas mieux. Il regarde son devenir avec la mémoire de ses erreurs ou de ses échecs et voudrait tout effacer pour mieux recommencer, mais il sait aussi que cela est impossible. Pour beaucoup de sujet en couple, cela se concrétise dans une relation extra conjugale qui lui donne la sensation de vivre à nouveau, mais généralement cela fait tout exploser sans pour autant résoudre le conflit intérieur que vit le sujet. C’est une période ou les séparations et les divorces sont les plus nombreux.

60-62 ans. C’est une période de la vie où des changements majeurs vont généralement se manifester au niveau des activités personnelles et sociales. Le sujet prend conscient du temps qui passe et qui va atteindre un point de non retour marqué par la mort. Suivant une expression populaire bien connue, l’avenir est en arrière de soi et non plus en avant. Dans la majorité des cas, c’est le temps de penser à une redéfinition de ses activités professionnelles, la retraite n’est pas loin et il faut s’organiser tout comme on a pu le faire en se donnant un plan de carrière dans le début de sa vie.

Sur ce, je vous dis à bientôt lors de la prochaine chronique en vous espérant heureux et en santé.

« C’EST EN FORGEANT QU’ON DEVIENT FORGERON »

décembre, novembre, octobre 2018

Il est bien connu que les dictons et les proverbes sont l’expression de la sagesse populaire. Celui que nos commentons ce mois-ci est bien connu , que faut-il en penser?

Dans les siècles passés le métier de forgeron était avec celui de  charpentier au centre des activités industrielles et sociales. Aussi il n’est pas surprenant qu’il est était pris comme exemple pour exprimer que la compétence professionnelle s’acquière progressivement. On dit bien souvent qu’il y a toute une différence entre la théorie et la pratique, mais globalement on peut dire que l’expérience, l’exercice  d’un métier ou d’une activité permet de devenir meilleur et plus efficace. La répétition d’une tâche, le fait de se concentrer sur sa réalisation, permet sans aucun doute d’atteindre une expertise que l’on a pas quand on l’exécute pour la première fois.

Ce dicton apporte également une réflexion sur la notion de persévérance et la nécessité pour un individu de maintenir ses efforts s’il veut atteindre un certain niveau de compétence qui soit reconnu par la société dans laquelle il évolue. Une telle attitude n’est pas toujours facile, mais il faut bien comprendre que c’est le prix à payer pour atteindre un objectif quel qu’il soit. Un effort est toujours récompensé.

Sur ce, je vous souhaite d’être heureux et en santé.